lundi 20 mars 2017

compte rendu du dernier conseil municipal

Conseil municipal du 27 février

2 commentaires:

Anonyme a dit…

REVENIR SUR TERRE!

Depuis un certain temps qui coïncide curieusement avec les condamnations en chaîne de ces zones de camping-caravaning (qui ont quand même coûté probablement en moyenne pas loin d'un bon millier d'euros à chaque contribuable pénestinois, mais qui assurément n'ont pas été perdues pour tout le monde), on a la très curieuse impression que la Municipalité ne tolère plus aucune critique, qu'elle n'accepte plus aucune résistance, bref qu'elle commence à avoir le cuir particulièrement sensible, peut-être même irritable. Le tout jusqu'à revendiquer en justice en référé et contre l'Association pénestinoise "Autre Regard" un droit de réponse dont le Juge vient de nous assurer qu'il n'avait pas lieu d'être, puisque le billet en cause se bornait à une critique sévère de la politique municipale, mais sans comporter la moindre mention attentatoire à l'honneur de notre Maire auquel - tout le monde le sait - nous tenons tant!

On espère pourtant qu'au sein de cette Municipalité devenue très procédurière quelqu'un aura quand même le bon sens de dissuader la Commune de renouveler le long chemin de croix qu'elle a péniblement parcouru devant les juridictions administratives, en lui conseillant de renoncer à faire appel d'une sentence qui au sens des affaires communales est parfaitement subalterne et ne lui fait guère vraiment grief. Surtout que l'ordonnance du début de ce mois relève de bien curieuses carences dans l'assignation de la Commune fragilisée par pas moins de deux erreurs l'une concernant le demandeur, l'autre le défendeur (comme il n'y avait que deux parties, il était assurément difficile de faire pire, alors quand même que le Conseil Municipal compte un éminent avocat parmi ses membres!). Par ailleurs, en dehors des coûts exposés dans la procédure dont des honoraires d'avocat, la Commune est condamnée à verser 800 euros à l'Association pour avoir à tort contesté la liberté d'expression garantie par la Constitution. Encore une fois, contribuables à votre bon coeur...

Il serait temps enfin de raison garder, de se rappeler l'huître et les plaideurs et de remettre les pieds sur terre en évitant de tirer sur tout ce qui bouge. En effet la Municipalité doit quand même se douter que le coût et les expropriations liés à l'aménagement des zones de camping-caravaning (dont plus d'un tiers des lots resteront définitivement inoccupés) n'ont pas fait que des heureux au sein de la collectivité de ceux des contribuables pénestinois qui n'ont eu le droit ni à leur parcelle aménagée (souvent à proximité du rivage), ni au permis de construire qui allait avec et qui en plus déplorent avec amertume la détérioration irréversible de pans entiers de leur littoral . Alors s'il faut encore exiger que tout le monde se taise, cela fait beaucoup!

EPSILON

Anonyme a dit…

REVENIR SUR TERRE: PRÉCISION


Pour éviter tout risque même minime d'ambiguïté, il est évident que les honoraires d'avocat mentionnés dans le billet "Revenir sur terre" concernent un conseil extérieur choisi par la Commune et n'appartenant pas au Conseil Municipal.

EPSILON