mardi 27 décembre 2016

Bonne année ?

Et c'est reparti pour un nouveau tour . On aura droit aux voeux du vieux . 
En bon animal politique qu'il est depuis plus de 20 ans , il tirera la couverture vers lui pour toutes les réalisations faites à coup de juteuses subventions . Il nous déclarera sa flamme pour la croissance "verte" , la transition énergétique,  lui le maire à l'ancienne qui continue à planter des lampadaires inutiles dans ses rond-points en pleine nature ( au Lomer, au bois de la lande, et bientôt à Barges).
Lui, le maire à l'ancienne , qui continue à nous "vendre " son urbanisation ringarde , faite de lotissements de résidences secondaires (au propre comme au figuré) , le clientélisme en bandoulière. 

Parlera t il de la condamnation de la commune à trois reprises pour ses zones de caravaniers -électeurs , puisqu'il s'est obstiné sous le conseil foireux de son ami avocat Pradel , procédurier belliqueux .
Un respectable avocat d'affaire  dont j'ai fait les frais ( bien sonnants), avec la complicité du maire qui ne supporte pas la liberté d'expression , la critique de sa politique( procès contre ce blog , intimidation contre le bulletin de l'association Autre Regard ) .Cela est sans doute dû  à cette époque du fascisme qui vient ...

Ce "démocrate " considère qu 'une fois élu même de justesse , tout lui est permis sans avoir de compte à rendre , bien aidé en cela  par des élus auto- proclamés  de la "minorité" ( il suffit de lire le  texte de ces élus dans le tout dernier bulletin municipal , en ligne depuis peu ; affligeant ).

Alors , bonne nouvelle année ? Ou juste une nouvelle année de plus d'un mandat qui s'éternise dans la continuité d'une politique municipale opaque sous l'oeil fatigué de vieux élus d'"opposition", qui ne servent presque à rien ?
Quant à moi , mes déboires judiciaires ne me feront pas taire malgré la déception du manque de réaction .Juste de la déception,  rien d'autre . 🤔



2 commentaires:

EPSILON a dit…

PAN SUR LE BEC: UNE ANNULATION ATTENDUE ET QUI FAIT DU BIEN!

Bien que peu de ceux qui lisent fidèlement "Pénestin Littoral" aient pu en douter, sa résolution clairement affirmée à poursuivre sa route est incontestablement la bonne réponse à tous ceux qui aujourd'hui verraient bien traiter dans la plus extrême discrétion - voire mieux, ne pas traiter du tout - les condamnations successives de la Commune par le Tribunal Administratif de Rennes, par la Cour d'Appel de Nantes et enfin suprême honneur, par le Conseil d'État sur une vaste opération de regroupement des campeurs-caravaniers illégale de bout en bout.

En quelques années, grâce à l'acharnement dans l'erreur (c'est un euphémisme…) et à l'arrogance juridique de sa municipalité, par la contestation et les annulations successives de tout ou partie de ses PLU ou de certains permis emblèmatiques, mais aussi par l'implantation curieusement autorisée de plusieurs bâtiments à moins de 100 m du rivage, Pénestin est devenue une sorte de vitrine française et reconnue de ce qui se fait de mieux aussi bien en matière d'annulation qu'en matière de laisser faire dans le domaine si sensible de l'urbanisme littoral, si tant est que l'on puisse sans dommage associer les deux termes. Pourtant au bout d'un marathon judiciaire d'une petite dizaine d'années et courant sur deux PLU successifs, le Conseil d'État vient d'éteindre chez certains élus empressés et chez certaines officines alléchées, l'espoir chimérique qui était né un peu partout en France d'une jurisprudence bienveillante qui leur aurait permis de piétiner la loi littoral au profit de toutes sortes d'innovations concentrationnaires toutes plus laides, plus mal venues et surtout plus coûteuses les unes que les autres.

Ne nous privons pas de dire que la tristesse qui vient de s'abattre sur ce camp du massacre littoral mesure la joie du nôtre, même si nous regrettons vivement que la Justice n'ait pas eu le bon réflexe d'arrêter en référé et tant qu'il en était encore temps le projet qu'en définitive elle condamnera au fond et sans hésitation aucune quelques années plus tard.

Nous attendons bien entendu avec le plus grand intérêt la prochaine réaction de la Municipalité, pour expliquer d'un air entendu à tous les Pénestinois où et au profit de qui va passer (ou est déjà passée...) une part non négligeable de leurs impôts. Ainsi tous ceux, qui la dernière fois et sans avoir reçu la moindre parcelle privative ont vaillamment reconduit la majorité, auront la satisfaction de voir qu'ils en ont vraiment pour leur argent. Quant aux autres, qui regretteront de voir le leur gaspillé dans un projet illégalement ambitieux et onéreux, ils aimeraient bien savoir ce que pense la Chambre Régionale des Comptes des quelques millions d'euros qui (sans avoir été perdus pour tout le monde: suivez mon regard!) y ont été engouffrés à marche forcée pour mettre au final la Justice devant le fait accompli et les finances locales au bord d'un trou inquiétant.

Bonne année à tous quand même et longue continuation à Pénestin littoral (du moins tant qu'il reste encore un littoral à Pénestin!).

EPSILON

Dominique B a dit…

Que ce soit la condamnation de la commune que seuls les contribuables paieront ou ma condamnation que seul je paierai mais que tous ceux qui sont attachés à la liberté d'expression se sentent atteints , j'aimerais bien connaître la réaction de l'opposition... on peut toujours rêver ?