jeudi 29 janvier 2015

pour la paix des braves ?



Depuis le temps qu'il exerce son rôle de vigie et d'alerte sur tout ce qui touche au littoral et à l'urbanisme de Pénestin, VERTDO, devenu PENESTIN LITTORAL, quelque part nous appartient à tous. Non pas que nous soyons tous des écologistes convaincus, non pas que nous partagions tous ses points de vue critiques et parfois excessifs, non pas que nous applaudissions à tous ses coups de gueule, non pas que nous n'ayons jamais frémi non plus lorsque quelquefois l'attaque fusait sans prévenir un peu trop vite, peut-être un peu trop loin, mais nous savions trouver dans ce blog au fil des semaines une information autre que l'officielle, une information vivante, documentée, illustrée, argumentée. Et c'est ainsi qu'en dépit des récentes difficultés auxquelles il s'est trouvé confronté, la plupart de ses lecteurs ont récemment et à plusieurs reprises confirmé leur fidélité et même leur attachement à ce blog.



Or aujourd'hui, la nouvelle, la triste nouvelle vient de tomber: PENESTIN LITTORAL est contraint de s'arrêter, sans doute parce qu'une ou plusieurs fois, on lui reproche d'avoir franchi la ligne et que ceux auxquels il s'en est pris ont décidé de s'en plaindre en justice, ce qui est d'ailleurs parfaitement leur droit. Pourtant si faute(s) il y a et a fortiori (réservons la présomption d'innocence), s'il n'y en a pas, n'est-il vraiment pas possible d'aboutir, est-il vraiment trop tard pour parvenir encore à une sorte de paix des braves, qui grandirait chacune des parties en présence en garantissant pour l'avenir le renoncement exprès et définitif de PENESTIN LITTORAL à toute attaque personnelle, sous quelque forme que ce soit, sans bien sûr abdiquer pour autant sa raison d'être: la libre évaluation des choix et des décisions politiques, qui constitue l'essence même du débat démocratique.



Or ( et précisons pour éviter tout malentendu que ceci ne constitue en rien une menace, mais plutôt une simple remarque de bon sens), même s'ils ne l'ont pas encore réalisé, ceux qui poursuivent ou qui envisagent de poursuivre aujourd'hui le responsable de PENESTIN LITTORAL et peut-être même de le faire condamner, risqueraient de faire un mauvais calcul s'ils pensaient un seul instant que l'arrêt de ce blog les exonérerait définitivement de toute critique, de toute opposition, de toute remise en cause. Car même si la critique est exagérée, même si elle est parfois injuste, voire blessante, elle est presque toujours moins dommageable que la défiance, le soupçon et le doute qui rampent et s'insinuent partout lorsque la liberté d'expression vient à être entravée ou bâillonnée. PENESTIN LITTORAL mérite donc un effort et très certainement , autant de ceux qui le soutiennent que de ceux qui le combattent. Comment penser d'ailleurs que si les parties en présence arrivent à surmonter leurs griefs, le débat puisse ne pas s'élever par la suite par cette vertu qu'on appelle le respect et qui permet de dire ou d'écrire aux autres les choses les plus dures, de leur marquer l'opposition la plus déterminée, sans pourtant jamais attenter ni à leur personne, ni à leur dignité?



Que tous ceux qui, avec ou contre PENESTIN LITTORAL, détiennent aujourd'hui l'avenir de ce blog entre leurs mains y réfléchissent posément, qu'ils se rencontrent, qu'ils se concertent si c'est possible: la démocratie vaut bien quelques sacrifices et les plus féconds sont toujours les plus difficiles. Car cette crise peut nous donner à tous l'occasion de nous parler autrement et peut-être même de commencer parfois à nous comprendre. Le jeu n'en vaut-il pas la chandelle et cette expérience - qui sera de toute manière enrichissante - ne mérite-t-elle pas au moins une fois la peine d'être tentée entre gens de bonne volonté attachés à une certaine manière de vivre ensemble, même si ce n'est pas nécessairement de la même façon?


EPSILON

P-S: Ce billet exprime - rien de plus, rien de moins -  la seule opinion personnelle  de son auteur, qui l'a rédigée  de manière parfaitement indépendante.





Aucun commentaire: