jeudi 21 janvier 2010

le ridicule ne tue toujours pas

Dimanche en soirée, monsieur le maire , accompagné de gendarmes est venu demander aux époux-promoteurs de cesser leur "grève de la faim" sinon ils seraient mis de force dans un hélicoptère en direction de l'hôpital .
Le même qui auparavant soutenait leur démarche lors d'un sit-in (sic) au bout du premier mois de jeûne où on les voyait debout(!) sur une photo au milieu de leur (maigre) comité de soutien .
Ils n'ont pas accepté ce baptême de l'air . Il faut dire qu'un reportage de TF1 était diffusé le lendemain au journal de treize heures. Le journaliste s'est pris la caméra dans la mise en scène d'un petit groupe de supporteurs opportunément présents au pied de l'immeuble.De ce groupe, un monsieur interviewé a pesté " on ne peut plus construire" en ciblant la zone natura 2000.(connaît pas bien la réalité du littoral, ce monsieur !ou alors il fait allusion à sa situation personnelle.).Quant à la gréviste de la faim, elle nous assura sans vergogne combattre pour d'autres . Dans ce reportage , il fût oublié la vrai raison de ce "combat", le rabotage d'un tiers des 900 000€d'indemnisation touchés qu'on leur demande de rembourser . Mais c'est moins "vendable" devant les caméras que l'on est allé chercher .La comédie  s'est arrêtée soi-disant au 67 ème jour.(donc mardi 19, au lendemain du reportage., tiens, tiens).Le "grand" hebdomadaire local , qui avait su nous "informer"bien à l'avance, de cette "grève de la faim ", n' a pas manqué de nous  raconter le prétexte d'arrêt officiel du jeûne des promoteurs.   vertdo 

Aucun commentaire: