lundi 2 février 2009

les Tartuffe de la protection du littoral


Dans un article récent du quotidien presse-océan, on nous informe que le député-maire de Guérande (Ch Priou)s'est démené bec et ongle pour bénéficier de l'organisation (et des fonds) des" ateliers littoraux"; et dans ce cadre, avec la visite de tous ces "spécialistes" européens(architectes, paysagistes et sociologues), on apprends donc que l'équipe a pointé les sites les plus sensibles comme des secteurs de développement potentiels;Le maire affirme que le coteau de Guérande« est protégé mais en friches. On a des demandes d'agriculture bio sur ce secteur mais on ne peut pas y répondre favorablement » .Et l'équipe de reconnaître qu'elle a pointé les sites les plus sensibles(dont la Brière) comme les secteurs de développement potentiels. Mais ces sites sont protégés, alors ,et la loi dans tout ça ?
Pour eux, la contrainte peut justement être une chance car elle oblige à un degré d'exigence maximum. Et puis, Edith Girard, architecte, rappelle ce que son équipe entend par « urbaniser ». « Ce n'est pas lotir. Ça ne concerne pas seulement le logement mais les formes bâties. Habiter le beau suppose la maîtrise foncière et que la vue et la qualité peuvent être mutualisées. Sinon, le beau est cher ».?
Maintenant que le littoral est déjà très urbanisé, va-t-on chercher le prétexte du développement durable pour urbaniser ce qui était peu, mais encore protégé? La loi est là, mais pour qu'elle soit respectée, il faut encore et encore que les associations saisissent la justice, associations qui d'ailleurs ne sont jamais ou peu consultées dans ce type de projet, associations pourtant agréées! et qu'en pense le conservatoire du littoral ? ces spécialistes ne se soucient donc jamais de la société civile et des populations ?quant aux élus .....
De plus en plus de projets d'urbanisme sur un littoral bien dégradé où les espaces naturels restent rares et fragiles, le développement durable ( l'écologie) devient un alibi pour ceux-ci; A Penestin, on a droit à la ZAC(zone d'aménagement concertée) de Kerfhaler.Celle-ci accapare un vaste espace naturel de 15 hectares(avec zone humide comprise) pour y développer des zones pavillonnaires, une résidence pour personnes âgées en bordure de zone verte(alors qu'il y a déjà un établissement médicalisé pour le troisième âge avec un superbe parc qui a été détruit pour y construire deux lotissements sous prétexte que ce parc n'était pas utilisé !)et même un hôtel !
A Batz sur mer, une zone (le poull' go)fait 13 hectares, comporte un bois classé natura 2000
qui abrite un dortoir important d'ardéidés ( 2000 à 2500 oiseaux ) : aigrettes garzettes - hérons cendrés etc...
, mais la maire de Batz veut absolument y construire une zone artisanale d'une centaine de lots !!! A Guérande encore, le projet inutile et saccageur de la Ferme du casino a été redéfini en HQE(haute qualité environnement) en bordure des marais salants !
Une zone protégée est là pour que rien ne s'y bâtisse , c'est justement pour cela qu'elle est classée "protégée", sinon, à quoi sert-elle ?; Mais certains élus n'ont toujours pas compris ce qu'est le patrimoine naturel ...
Dans une conjoncture plus que désastreuse, il est étonnant de voire des fonds injectés dans des projets grandioses plus ou moins justifiés, mais le chantage à l'emploi va aller grandissant et sous une couverture pseudo verte, les associations de défense de l'environnement sont toutes trouvées comme bouc-émissaires en cas d'échec de ces projets. Vertdo


Aucun commentaire: